Tursic & Mille - Galerie Max Hetzler
Installation view

« La question de l’image ne nous intéresse pas en tant que telle, ni celle du sujet, qui est peut-être toujours la question de la peinture elle-même. Mais qu’est-ce que la peinture ? Les images sont simplement des références à une époque – stigmates physiques ou digitaux de notre temps. En tant que tel, un portrait peut devenir, une fois transformé en tableau, une nature-morte. Notre peinture se développe empiriquement, en fonction des époques, du climat général, bref, selon la météo. »
— Tursic & Mille

La galerie Max Hetzler a le plaisir de présenter Strange Days, la première exposition personnelle de Tursic & Mille au Royaume Uni. Comprenant douze peintures et deux sculptures, chaque œuvre représente un mois des douze derniers écoulés. Faisant office de calendrier, l’exposition souligne le fait que la peinture est avant tout une question de temps, et peut être aussi son absurdité.

Une réflexion sur une année où les jours sont devenus des mois, le duo d’artistes nous guide à travers un monde de jours étranges éclatants de couleurs, fromage, bichons, cochons, peinture au doigt, montagne, cachets, infirmières et aristocrates. Dans un domaine quasi-hallucinatoire, où le réel se mêle à l’imaginaire, l’emmental devient la pièce centrale d’une icône religieuse ; un oiseau annonçant l’arrivée du printemps laisse échapper un rot ; et les rêves de voyage se transforment en objets volants non identifiés.

Rappelant un fil Instagram « boosté aux hormones », un parfait exemple de la surcharge d’images de notre époque, la pratique de Tursic & Mille découle non seulement des archives universelles et sans limites d’internet mais aussi de la tradition de l’art du portrait, de la nature morte, des icônes religieuses, des paysages romantiques et de l’expressionnisme abstrait de l’histoire de l’art. Les artistes expliquent que lorsqu’ils ont commencé au début des années 2000 « personne ne voulait voir de la peinture, nous avons été forcés de créer des tableaux qui vous sautent aux yeux – utiliser des sujets qui ne pouvaient pas ne pas se voir. ». En découle le choix de la pornographie comme source d’inspiration pour des portraits, le Nu, les paysages roses fluorescents et la Foi représentée comme une pin-up.

Le mois de septembre dans le Non-Sens Painting (September), 2021 est représenté par un tableau de paysage réversible, dans lequel le monde peut être retourné à tout moment. Le tableau sera d’ailleurs tourné chaque jour. Gardant et faisant intentionnellement de l’ombre aux tableaux, deux bichons et un chihuahua sont magnifiés de 10 fois leur taille réelle. Les chiens monumentaux semblent avoir sauté des genoux d’une femme dépeinte dans les tableaux, tout en prêtant l’oreille au sérieux de la peinture d’histoire. Les chiens sont d’abord apparus comme symbole de la chasse dans les peintures des grottes paléolithiques et sont continuellement récupérés dans l’histoire de l’art, par Bruegel, Goya et Titien, entre autres, comme passeur des émotions.

Happiness and Clouds (August), 2021 nous présente des femmes au foyer des années 50, des baigneurs et un homme, mannequin, flottant dans un univers abstrait et vibrant. Dépassant les frontières entre abstraction et figuration, l’abstraction est une manifestation littérale du processus de peinture – la couleur comme pure matière, devient forme. Cette mise-en-abîme de l’action de peindre est significative de la pratique des artistes dans son ensemble. En détournant les images de leur sens premier, Tursic & Mille maitrisent leurs pouvoirs pour interroger le rôle de la peinture au 21ème siècle. Ignorant les distinctions entre culture populaire et culture savante et fusionnant genres et périodes avec un humour grinçant et une parfaite connaissance de l'histoire de l'art, les artistes proposent une critique de notre monde visuellement saturé et étendent les limites de la peinture.

Nommés pour le prestigieux prix Marcel Duchamp en 2019, Tursic & Mille sont reconnus comme faisant partie des artistes les plus innovants de leur génération en France, dont le travail est présent dans les collections du Centre Pompidou, Paris, Le Consortium, Dijon et le Bernardo Museum, Lisbonne, entre autres.

Un livret d’artiste, un véritable calendrier, sera publié à l’occasion de l’exposition. 
Une exposition personnelle sera consacrée aux artistes au Consortium à Dijon en 2022.

Ida Tursic (*1974, Belgrade, Serbia) et Wilfried Mille (*1974, Boulogne-Sur-Mer, France) vivent et travaillent à Mazamet, France. Le travail de Tursic & Mille a fait l’objet d’expositions personnelles dans de nombreuses institutions, notamment, Le Portique, Le Havre (2021) ; Museum Sztuki, Lodz (2020) ; Fondation d’Entreprise Ricard, Paris (2017) ; Musée des Beaux-Arts, Dole (2011) ; FRAC Auvergne, Clermont-Ferrand (2011) et Le Musée de Serignan (2008–2009), entre autres. Ils ont participé à plusieurs expositions de groupe, le plus récemment au Centre Pompidou, Paris et au Musée des Beaux-Arts, Limoges (2019) ; Centre Pompidou-Metz (2018) ; FRAC Bourgogne, Dijon (2017 and 2015); Palazzo Cavour, Torino (2014) ; ME-Collectors Room, Berlin (2011) ; et le Hermitage Museum, St. Petersburg (2010). Tursic & Mille ont reçu le prix de la Fondation Simone et Cino Del Duca en 2020 et le prix de la Fondation d’Entreprise Ricard en 2009. Les artistes ont été nommés pour le prix Marcel Duchamp en 2019.