Marepe - Galerie Max Hetzler

Vernissage: 21 janvier 18 – 20h

La Galerie Max Hetzler est heureuse d’annoncer l’exposition Suave na nave présentant de nouvelles œuvres de Marepe au 57, rue du Temple.

Suave na nave est une expression populaire brésilienne dont la traduction littérale est « doucement le navire » qui exprime la capacité, rare de nos jours, à prendre son temps dans un monde au rythme effréné. L’exposition restitue cette lenteur à partir d’objets et matériaux du quotidien propres aux villes brésiliennes plus modestes et confronte avec humour produits traditionnels et de consommation.

Marepe vit et travaille dans le Nordeste, une des régions les plus pauvres du Brésil marquée par un mélange des cultures européennes et africaines. Les thématiques qu’il aborde sont très étroitement liées à ses origines et à sa vie personnelle. De nombreuses œuvres font ainsi écho à l’ingéniosité des vendeurs de rue de Bahia ou encore aux longues heures passées dans la quincaillerie que tenait son père. Marepe a été fortement influencé par le néo-concrétisme brésilien des années 50 et 60 ainsi que par Marcel Duchamp. Il investit d’ailleurs ses sculptures d’une dimension sociale en nommant avec malice ses sculptures nécessités plutôt que readymades.

A pequena cidade (The Small Town) consiste en une collection de papiers d’emballage issus de commerces de la ville Santo Antônio de Jesus où l’artiste réside débutée il y a vingt ans. Ces papiers ont depuis été remplacés par du plastique et reflètent le peu de moyens et services alors disponibles dans la ville. Aujourd’hui, lorsque Marepe se promène dans les rues de Santo Antônio de Jesus, les devantures des boutiques regorgent de marchandises venues de pays lointains, principalement de Chine, côtoyant des produits locaux issus de la zone rurale.

O mundo é pequeno (The World is Small) est né de cette rencontre avec ces marchandises mondialisées. L’œuvre est faite de paniers en liane, de panneaux de signalisations ainsi que de jouets venus de Chine.

La série Embutido (Built-in) fait référence à l’architecture au travers de techniques constructives des cages à oiseaux et ses références à l’art concret brésilien. Les cages vides abordent les questions de liberté et de la nature, constituant une sorte d’architecture aérienne.

Le dyptique Arroz e Feijão (Rice and Beans) évoque par sa forme arrondie le Monde ainsi que des aliments, transmettant le désir de l’artiste que chacun ait les aliments de base à sa table.

Les deux toiles X-ray ont été réalisées à partir d’impression d’objets. Les oeuvres renvoient au ready –made, ôtant les objets de leur contexte originel pour les transformer en formes variées attestant de la diversité des produits qui nous entourent et que nous avons gravé dans nos mémoires.

Civilização brasileira (Brazilian Civilization) est une selle en cuir qui évoque un scarabée géant paré d’une noix de cajou en céramique et d’un soldat de plomb. L’œuvre fait référence au processus de civilisation et d’exploration des terres brésiliennes lors duquel des abris en cuir faisaient office de protection contre les flèches des indigènes. Au vu de l’actualité, il serait bon de se remémorer les luttes que nous avons menées pour devenir civilisés.

Spaceship parking renforce ce désir d’avenir d’une manière plus singulière. De petits navires sont stationnés dans l’espace comme s’il s’agissait d’une chose naturelle. L’œuvre est réalisée à partir de bassines et de pneus de bicyclette issus de contrées lointaines.

Natureza viva (Live Nature) consiste en un assemblage de scies à bois et de panneaux décoratifs ou cobogós, éléments creux à motifs fleuris utilisés pour favoriser la ventilation et une plus grande luminosité à l’intérieur des bâtiments. L’œuvre évoque les natures mortes (natureza morta en portugais) de l’histoire de l’art mais également du monde sensible. C’est un appel à vivre plus paisiblement notre passage sur terre tout en préservant nos ressources naturelles.

Les Serveurs (Garçons), toujours prêts à répondre à nos besoins et à nous garantir des moments agréables par leurs conversations chaleureuses, manifestent l'intérêt certain de l’artiste envers les relations humaines et sociales.

A travers cette quatrième exposition personnelle avec la Galerie Max Hetzler, Marepe investit les objets du quotidien d’une dimension poétique universelle.


Marepe est né en 1970 sous le nom de Marcos Reis Peixoto à Santo Antônio de Jesus, Bahia,Brésil où il vit et travaille. Son travail a fait l’objet d’expositions personnelles dont Galeria Luisa Strina, Sao Paulo (2015); Tate Modern, London (2007); Centre Pompidou, Paris (2005). Marepe a participé a de nombreuses expositions collectives comme Museu de Arte Moderna de Sao Paulo, Sao Paolo (2014) ; Walker Art Center, Minneapolis (2012); P.S.1 – Contemporary Art Center, Long Island City (2008). Il a également participé aux Biennales de São Paulo (2012; 2006); Sidney (2006), Venise (2003) et Istanbul (2003). Ses oeuvres font partie de collections importantes comme le Museum of Modern Art, New York et la Tate Collection.


Expositions et foires à venir:


PARIS

ANDRE BUTZER
11 mars – 27 avril               


BERLIN

NAVID NUUR
A&N&D
27 janvier – 4 mars               
Bleibtreustrasse 45, Berlin-Charlottenburg

RINEKE DIJKSTRA
27 janvier – 4 mars               
Goethestrasse 2/3, Berlin-Charlottenburg


FOIRES

ART COLOGNE
25 – 29 avril                   


Pour plus d’informations :

Eline Thirion-Berg
presse(at)maxhetzler.com ou +33 1 57 40 60 80


www.maxhetzler.com
www.facebook.com/galeriemaxhetzler
www.instagram.com/galeriemaxhetzler
www.twitter.com/hetzlergallery